Commune libre d’Aligre
Accueil du site > Fédération des Cafés Associatifs de Paris > Les cafés associatifs se fédèrent.

Les cafés associatifs se fédèrent.

jeudi 28 février 2008

Pour défendre leurs valeurs et revendiquer leur pérennisation, des cafés associatfs parisiens ont écrit les premiers principes de fonctionnement de ces lieux citoyens. Ils revendiquent ensemble le soutien des pouvoirs publics pour assurer leur pérennisation et pour voir fleurir dans tous les quartiers parisiens où la demande en serait faite de tels lieux démocratiques et conviviaux.

Les cafés associatifs de Paris vous invitent donc à un verre citoyen à l’occasion de la déclaration des premiers principes des cafés associatifs fédérés.

Ils vous donnent rendez-vous MARDI 11 MARS 2008 À 19H pour un « Café-trottoir associatif » devant l’ex-cinéma associatif le Barbizon, 141 rue de Tolbiac 75013 Paris.

Vous qui aimez vous retrouver dans les cafés associatifs, soutenez les et rendez-vous à cet événement démocratique et citoyen.

Ont collaboré à l’élaboration de cette déclaration :

- Le Barbizon- Les Amis de Tolbiac,141 rue de Tolbiac 75013 Paris

- Le Cafézoïde, 92bis quai de la Loire 75019 Paris

- La Commune, le café associatif de la Commune Libre d’Aligre, 3 rue d’Aligre 75012 Paris

- Le Moulin à Café, association café associatif Pernety, 8 rue Léonie 75014 Paris

- Le Petit Ney, 10 avenue de la Porte Montmartre, 75018 Paris

Premiers principes

des Cafés Associatifs fédérés de Paris

- De plus en plus d’associations de quartier parisien investissent de nouveaux lieux avec pignon sur rue et inventent une nouvelle forme de convivialité et d’hospitalité (ouvert à tous, sans discrimination ni exclusion) : les CAFES ASSOCIATIFS.

- Ouverts sur leurs quartiers et plus largement sur Paris et sa banlieue, les cafés associatifs constituent un véritable carrefour où les habitants de tous âges, et de toutes origines socioculturelles se rencontrent, échangent, créent, inventent un nouveau rapport à leur environnement quotidien.

- Les cafés associatifs, indépendants des pouvoirs publics, sont administrés et animés par leurs adhérents, habitants, salariés, militant afin de favoriser le lien social à travers l’accès à la culture pour tous, la création de réseaux de solidarité, l’échange de connaissances, de savoir-faire et de compétences.

- Projets collectifs et alternatifs, les cafés associatifs impliquent leurs adhérents et d’autres associations du quartier depuis la gestion jusqu’à l’animation du lieu. Ils se revendiquent des lieux d’expérimentation sociale et culturelle. Sans but lucratif, ils pratiquent une économie sociale et solidaire, et par leur activité suscitent la création d’emploi et requalifient leurs quartiers.

- Les cafés associatifs créent donc les moyens d’une réelle appropriation de l’espace public par des habitants citoyens, acteurs de la vie de leur quartier et de leur ville, et cherchent à atteindre une autonomie durable. De fait, ils pratiquent au quotidien la démocratie.

- Les cafés associatifs développent des ressources propres, mais doivent être soutenus financièrement par des fonds publics, et plus particulièrement municipaux, car ils fournissent un service public. Le soutien financier public doit assurer leur pérennité et le développement de leur projet citoyen, social, culturel. Les cafés associatifs doivent ainsi bénéficier d’une mise à disposition gratuite ou à défaut d’une subvention compensatoire de loyer, d’aides à la création et à la pérennisation des emplois.

- Devant la qualité des réalisations et le nombre toujours croissant de leurs adhérents, les cafés associatifs déjà existants soutiennent l’ouverture de telles structures dans tous les quartiers où la demande en serait faite par des associations de quartier, et pour cela réclament, une fois encore, une mise à disposition facile de locaux par les pouvoirs municipaux. Il s’agit de faciliter l’innovation et l’expérimentation citoyenne, sociale et culturelle dans tout Paris.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0